Les ibériques

Avec l'achat de Solanna et Ohanko, nos deux premiers PSP, nous nous lançons dans l'aventure del'élevage de chevaux ibériques, chevaux qui ont peuplé nos rêves d'enfants et dont la beauté, la prestance et les allures font encore rêver nos coeurs d'adultes.

Parmi les ibériques, nous retrouvons, en Amérique du Nord, le PRE (Pure Race Espagnol), le PSL (Pur Sang Lusitanien) et le PSP (Pure Spanish Portuguese).

Le PSP est donc issu du savoureux mariage entre un PSL et un PRE. On le nomme aussi souvent "Andalou". Beaucoup d'éleveurs de PSP recherchent dans ce croisement, enregistré comme race pure par l'IALHA, la beauté et la prestance reconnue du PRE, avec le tempérament et les aptitudes au travail du PSL.

Ceci ne signifie pas que les PRE sont plus beaux que les PSL, ni que les PSL sont meilleurs que les PRE. Tout est question d'individus... Et d'avis d'éleveurs.

Le PSP est reconnu comme race pure uniquement en Amérique du Nord, par l'IALHA. Les registres espagnol (pour le PRE) et portugais (pour le PSL) ne reconnaissent pas ce croisement.

Pourquoi le PSP est-il né et reconnu en Amérique du Nord ?

Il faut savoir qu'à l'origine, l'Andalousie reprenait une région assez étendue qui comprenait une partie de l'Espagne et du Portugal.

A cette époque, le cheval ibérique, appelé andalou, était aussi bien espagnol que portugais.

Il existait des lignées exclusivement portugaises et espagnoles, mais le mélange des deux races était tout aussi courant et recherché.

Au milieu des années 60, l'Espagne décide de regrouper tous les chevaux de lignée espagnole et de fermer son studbook aux autres lignées. Le PRE (Pura Raza Espanola) est né.

A son tour, le Portugal réplique et ferme ses registres à tout cheval non pur sang lusitanien. LePSL (Puro Sangre Lusitano) est né à son tour.

Les chevaux issus de décennies de croisements ne sont plus acceptés dans aucun des deux registres, alors qu'ils représentent aussi la réalité de l'époque en terme de cheval ibérique.

L'IALHA (Association Internationale des Chevaux Andalous et Lusitaniens) décide de les identifier et de les enregistrer comme race à part entière, les mettant sur le même pied que le PRE et le PSL; le PSP peut donc continuer d'exister, avec une nouvelle identité qui respecte les lignées et la sélection qui avait lieu dans la tradition d'élevage antique.

Avec la fermeture des registres PRE et PSL, chacune des deux races évolue différemment, s'éloignant parfois de leur modèle d'origine selon l'orientation de chaque éleveur : style baroque ou plus sportif. Certains modèles "grandissent", tendent à faire concurrence aux Warmbloods et s'imposent sur les carrés de dressage, aussi bien chez le PRE que chez le PSL.

Pour la plupart des éleveurs de PSP, l'objectif recherché est de rester proche de ce modèle d'origine, qui regroupait les PRE et les PSL sous le nom d'andalou et qui fut importé, avec les PRE et les PSL en Amérique par les Espagnols lors de la colonisation et qui reflète parfaitement le cheval ibérique originel.

Nous voulons, avec nos PSP, rester proche de ce modèle. Trouver et combiner le meilleur du PSL et du PRE, continuer de faire vivre le cheval ibérique tel qu'il était autrefois.

Pourquoi avoir choisi des PSP ?

Dans nos recherches, nous cherchions avant tout un ibérique... Qu'il soit PRE ou PSL. Nous avions des critères précis dans notre choix : une conformation, une bonne lignée, un très bon tempérament et de la couleur. Nous avons trouvé nos perles... Et elles étaient PSP.
Nos projets et nos rêves s'étendent cependant au désir d'acquérir, à moyen ou long terme, un PRE et/ou un PSL, jument ou entier...

Amateurs de "couleur", nous voulons également ajouter ce petit plus à notre élevage: des chevaux ibériques (purs et demi-sangs) de qualité, au tempérament équilibré, doués des aptitudes de leurs ancêtres, mais présentant des couleurs qui sortent de l'ordinaire.

Lire aussi:

Le PSP, race pure ? Ou croisé ?

Résultats de croisements avec un cheval ibérique